SHARE
Village berbère dans l'Atlas
Village berbère dans l'Atlas

La saison touristique 2011 se termine en demi teintes pour le Maroc, qui a été durement impactés par les événements politiques et économiques de l’année, mais qui tire néanmoins son épingle du jeu, grâce à un climat politique stable, et une offre de qualité.

Le Maroc n’a jamais sacrifié aux sirènes du tourisme de masse à bas prix. Les quelques ilots très touristiques, comme Agadir, restent néanmoins des endroits préservés des fronts de mer bétonnés. La qualité de l’infrastructure hôtelière est au rendez vous, ce qui explique que le Maroc arrive encore à attirer une clientèle nombreuse, malgré une baisse de fréquentation due à la crise économique dans les pays qui lui envoient le plus de visiteurs.

Le Maroc a aussi su suivre une voie tranquille à travers le printemps arabe. Contrairement aux autres pays, les réclamations des marocains ont été entendues à temps pour pouvoir s’exprimer dans les urnes, dans un processus démocratique pacifique, qui montre l’intégration du Maroc.